Eddy CAEKELBERGHS, La démocratie des crédules

Diplômé en sciences politiques et relations internationales, Eddy Caekelberghs, est journaliste à la RTBF où il a animé et présenté, sur la 1ère, Au bout du jour, une émission de débats de société, de cultures et d’actualités. Depuis la rentrée 2022, il est aux commandes d’une nouvelle émission : Le fin mot. Il est aussi reconnu pour ses qualités de modérateur de débat. Humaniste, il plaide régulièrement pour des causes d’ouverture et de tolérance.

La démocratie des crédules

Aujourd’hui, pourquoi parler de la crédulité des citoyens ?
La démocratie délibérative est mal en point. Cela se vérifie dans les sondages et les Eurobaromètres. Les politiques sont la catégorie la plus détestée même si les journalistes ne sont guère mieux placés et qu’aujourd’hui, même les scientifiques font l’objet de critiques.
Ce n’est pourtant pas en pointant les régimes non démocratiques que l’on peut restaurer la confiance et sauver la démocratie. Ainsi, depuis de nombreuses années en Belgique, la démocratie est confisquée par les présidents de partis qui entravent les initiatives des parlementaires et militants. Cette particratie a pour conséquence de tarir l’intérêt pour les enceintes parlementaires.

Déçus par ce délitement de la démocratie, beaucoup de citoyens, et particulièrement au sein de la jeunesse, plaident pour un pouvoir efficace et fort. Par ailleurs, la société de plus en plus intrusive (caméras publiques allant jusqu’à la reconnaissance des visages, par exemple), touche aux libertés citoyennes. D’autre part, le déclassement des classes populaires et moyennes que nous connaissons suscite l’émergence des totalitarismes. En outre, les réseaux sociaux au lieu de nous confronter à d’autres – ce qui est la base de la démocratie – conforte notre opinion. De plus, nous sommes dans une société du visuel où l’image compte plus que le propos. Or, une image peut aisément être tronquée (ainsi une photo rapprochée peut donner un effet foule).
Autre danger, « l’effet râteau », la base du complotisme – On crée du lien inexistant entre divers éléments véridiques – ou encore l’argument d’autorité : si tant de personnes pensent de même, cela ne peut être que vrai !
Il est essentiel de développer la pédagogie des enjeux (plus complexes que les 2 minutes allouées dans les JT), de renforcer le pôle égalité. Cela passe par le vivre ensemble, la connaissance de l’autre, le réapprentissage de l’ouverture.
Il faut redonner le goût du débat, tout le contraire des réseaux sociaux, cette machine à exclusion qui développe l’esprit de meute. Le wokisme en est un triste exemple car on doit s’y excuser de tout, même des actes des générations précédentes.
Il nous faut devenir des consomm-acteurs et non des moutons, ne pas hésiter à dire toute la vérité et à reconnaître que l’on s’est trompé: la jeunesse apprécie cela !

Date

06 octobre 2022
Expired!

Heure

14h30 - 16h00

Lieu

Salle Eugène Ysaÿe
Place des Chasseurs ardennais 6700 Arlon
Catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *